Les meilleurs livres de science-fiction et de fantaisie de juillet 2019

Les meilleurs livres de science-fiction et de fantaisie de juillet 2019

Depuis deux décennies, Jim Killen est l’acheteur de livres de science-fiction et de fantasy de Barnes & Noble. Chaque mois, sur Tor.com et sur le blog B & N Sci-Fi & Fantasy, Jim partage sa liste des meilleurs livres de science-fiction et de fantasy du mois.

Sous les arbres tordus, de Bradley P. Beaulieu (2 juillet, DAW — Hardcover)
Dans le quatrième livre de la série Song of Shattered Sands de Bradley P. Beaulieu, les rois pervers de la ville de Sharakhai s'accrochaient au pouvoir et utilisaient des âmes esclaves, des pestes et d’autres arts pervers pour frapper leurs ennemis. À travers les vastes étendues de sable, Çeda et ses Shieldwives et Blade Maiden luttent pour libérer le roi maudit Sehid-Alaz tandis que les royaumes entourant la ville ressentent sa faiblesse et rassemblent leurs forces pour en tirer avantage. Alors que tout se met à bouillir à l'intérieur et à l'extérieur de Sharakhai, l'âge des rois est peut-être enfin sur le point de se terminer – même si ce n'est probablement pas sans complications, car deux livres restent dans cette série captivante, avec une construction du monde qui est devenue plus détaillée.

The Best Science Fiction and Fantasy of 2018, édité par Neil Clarke (2 juillet, Night Shade Books – Couverture rigide)
Si vous voulez faire confiance à un éditeur pour choisir les meilleures histoires de science-fiction et de fantastique de l’année, Neil Clarke est un bon pari. En plus de sa passion pour le magazine primé Clarkesworld, il avait rassemblé une étagère fantastique Anthologies thématiques et annuelles.Voici, il a rassemblé 29 personnalités de 2018 dans un livre incontournable pour tout fan sérieux de courts SFF. Les histoires comprennent «l'empathie byzantine» de Ken Liu, «Tout le temps qu'il nous reste à dépenser» d'Alyssa Wong, «Okay, Glory» d'Elizabeth Bear, «Different Seas» de Alastair Reynolds et 25 nouvelles histoires de ce genre Kelly Robson, Lavie Tidhar, Yoon Ha Lee et Rich Larson. C’est un instantané essentiel de ce qui se passe actuellement dans la fiction fantastique et la fiction fantastique.

Dragonslayer, de Duncan M. Hamilton (2 juillet, Tor Books – Couverture rigide)
Il y a des dragons: le succès de l'auto-édition Duncan Hamilton lance une nouvelle trilogie centrée sur Guillot «Gill» dal Villerauvais, qui était autrefois un héros héroïque dans un monde fantastique français, devenu un noble ivre d'un royaume qui n'a pas t vu un dragon depuis des décennies. Lorsque l'une des bêtes géantes apparaît soudainement, Gill est le seul homme qui dispose des compétences nécessaires pour résister, mais les choses ne sont pas aussi simples qu'elles le paraissent: un ordre secret de mages a recruté un nouveau membre à des fins néfastes, et même le dragon s'avère avoir des motivations plus complexes que prévu. C'est une aventure amusante portée par des personnages forts et un décor fantastique savoureux.

Prêtre de mensonges, de Peter McLean (2 juillet, Ace — Broché)
La deuxième guerre mondiale de Peter McLean, intitulée The Godfather-Esque Crime Fantasy, met en scène Tomas Piety, ancien gangster, espion royal et prêtre, affligé d’un nouveau pouvoir – et de nouveaux problèmes. De retour à la recherche de sa bande, les Pious Men, déplacés par des puissances étrangères dans la ville d’Elinburg, Piety paya le prix fort dans un jeu de pouvoir qui le laissait toujours debout, mais redevable aux Queen's Men et pris au piège dans un réseau complexe de relations politiques. manœuvrer, en faisant face aux gangs rivaux et aux pouvoirs plus légitimement légitimes. Le prix qu’il a payé en sang est déjà très élevé – et il ne fait que s’alourdir au fur et à mesure que se poursuit cette saga «low fantasy» convaincante.

Crowfall, de Ed McDonald (2 juillet, Ace — Paperback)
Dans le troisième livre de la série Raven's Mark, les Deep Kings sont sur le point de remporter une victoire finale, car Range (la dernière ligne de défense entre eux et la république) et les Sans-nom – les dieux qui l’ont protégée depuis longtemps – sont tous deux brisés. Sans la force de l'Innommé, les capitaines d'Aile Noire se renversent l'un après l'autre alors que les Deep Kings s'apprêtent à porter un dernier coup décisif. Ryhalt Galharrow est depuis si longtemps dans le désert connu sous le nom de Misery, et les capitaines d'Aile-Noire s'alignent derrière lui pour une dernière mission qui déterminera le sort de la république une fois pour toutes. Le talent de McDonald pour créer des personnages que vous allez adorer, puis ne leur témoigner aucune pitié n’a pas faibli, au moment où il clôt sa trilogie.

Le grand livre de la fantaisie classique, édité par Ann et Jeff VanderMeer (2 juillet, Vintage — Broché)
Les VanderMeers apportent à la fantaisie les mêmes efforts monumentaux en matière de conservation et de traduction qui ont abouti à l'anthologie massive et absolument essentielle de 2016, The Big Book of Science Fiction. La fantasy étant un genre beaucoup plus ancien que SF, ils ont été obligés de se limiter aux histoires écrites du début du 19ème siècle à la Seconde Guerre mondiale, mais cela laisse encore assez de matériel pour rassembler 90 énormes contes classiques. Les sélections vont du classique (Rip Van Winkle de Washington Irving, «The Metamorphosis» de Kafka, «Les histoires de Paul Bunyan à Laughead») à l’obscur et nouvellement traduit, et tout le reste. Tolkien, Wharton, Cather, Nobokov, Du Bois et de nombreux autres noms du monde entier figurent dans une collection qui retrace l'évolution d'un genre entier et le place dans un contexte glorieux.

Wanderers, de Chuck Wendig (2 juillet, Del Rey – Couverture rigide)
Le plus récent de Chuck Wendig est plus grand et plus ambitieux que tout ce qu’il a écrit, une épopée massive qui évoque le classique Stephen King de toutes les meilleures manières. Un soir, une jeune fille nommée Nessie commence à s'endormir. Sa sœur, Shana, est de plus en plus inquiète car Nessie ne répond pas et ne peut pas être réveillée, se levant inexorablement pour marcher dans une direction spécifique. Shana découvre bientôt que son frère ou sa soeur n’est que l’une des victimes de la pandémie qui sévit dans le pays. Alors que de plus en plus de personnes commencent à somnambuler et que de plus en plus de «bergers» autoproclamés, comme Shana, cherchent à protéger leurs proches tout en se promenant, un organisme gouvernemental mystérieux tente de découvrir le sens de cette étrange apocalypse. Alors que la société commence à s'effriter et que des forces violentes cherchent à mettre un terme à la peste, le roman se penche sur des questions de libre arbitre, de fanatisme et de foi.

Eye Spy, de Mercedes Lackey (9 juillet, DAW — Hardcover)
Dans la suite de The Hills Have Spies, une extension espionne de la série bien-aimée Valdemar de Mercedes Lackey, la fille de Heralds Mags et Amily of Valdemar ne souhaite rien de plus que de suivre les traces de ses parents. Mais Abidela n’a pas de cadeau – jusqu’à ce qu’elle perçoive un désastre avant qu’il ne se produise et ne sauve de nombreuses vies, y compris sa meilleure amie, la princesse Katiana. Abi est revendiquée comme apprentie par les artificiers et les guérisseurs, et sa formation révèle des aspects de son pouvoir jusqu'alors inconnus qui pourraient faire d'elle l'espion le plus puissant et le plus efficace de tous les temps. Mais aucun secret ne lui étant caché – un fait qui entraîne de grandes conséquences pour elle et pour tout le royaume de Valdemar.

David Mogo, Godhunter, de Suyi Davies Okungbowa (9 juillet, Abaddon — Broché)
Les dieux, appelés orisha, sont tombés à terre et la ville de Lagos est menacée. Demigod David Mogo a longtemps enterré ses origines, mais afin de défendre sa famille et ses amis de cette menace diabolique, il fait un pas en avant pour combattre et nouer des alliances avec les humains et les dieux, cherchant à capturer deux des plus puissants célestes et à les livrer à le sorcier Lukmon Ajala. Mais même un demi-dieu a du pain sur la planche quand il affronte des milliers de dieux déchus. Pour David, sauver sa ville bien-aimée et ses proches sera tout sauf facile dans ces débuts de fantaisie urbains inhabituels.

Jour du salut, par Kali Wallace (9 juillet, Berkley — Hardcover)
L’immense navire d’exploration House of Wisdom a été abandonné par la Terre il ya plusieurs années à la suite des ravages causés par un virus mortel qui a tué tous les membres de l’équipage, sauf un. Le bateau est sombre et vide – mais Zahra et son peuple ont l’intention de le réclamer et de l’utiliser pour rentrer chez eux, pour leur salut. Pour accéder au navire, ils devront kidnapper le seul survivant de l’incident afin de pouvoir utiliser leur ADN pour y avoir accès, mais c’est le moindre de leurs problèmes. Parce que House of Wisdom contient quelque chose de bien pire qu'un virus – quelque chose que Zahra et les autres sont sur le point de réveiller. Ce thriller d'horreur de science-fiction semble surpasser les alarmes d'Alien et s'en approche.

La rédemption du temps, de Baoshu, traduit par Ken Liu (16 juillet, Tor Books — Hardcover)
Ce qui avait commencé comme une quasi-fanfiction est désormais canonique, Baoshu imaginant une nouvelle histoire, officiellement sanctionnée, dans l'univers de l'épopée sci-fi de Cixin Liu, Le souvenir du passé de la Terre (qui a débuté avec le film à trois récompensé par Hugo, The Three-Body Problem ). Le roman de Baoshu (traduit du chinois en anglais par l'auteur Ken Liu, véritable champion de la SF chinoise en traduction) examine les conséquences de la lutte de l'humanité contre les Trisolarans. Yun Tianming avait prévu de se tuer après avoir reçu un diagnostic de cancer en phase terminale, mais s'est retrouvé figé et capturé par les Trisolarans, qui l'ont torturé au-delà de son endurance pendant des décennies. Il a finalement aidé les extraterrestres à conquérir l’humanité afin de sauver la Terre de la destruction, et a reçu un corps sain et sain. Il vit comme un traître à sa propre race jusqu'à ce que son nouveau corps commence également à échouer. Puis, une fois encore, Yun est régénéré et une fois de plus recruté par une force extraterrestre pour sauver l'univers. Sauf que cette fois, Yun est déterminé à reprendre le contrôle de son destin.

The Border Keeper, de Kerstin Hall (16 juillet, Tor.com Publishing – Broché)
Kerstin Hall fait ses débuts avec un court roman qui découle d'une prémisse apparemment simple: un homme nommé Vasethe arrive à la frontière entre le monde des vivants et celui des morts et implore le gardien de la frontière – qu'il appelle Eris, un prénom J'espérais que personne ne s'en souvienne – pour le guider vers l'âme de son amour disparu. Alors que le tuteur le guide dans le monde des esprits, appelé Mkalis, les choses changent et les formes changent, et le couple voyage dans une série de royaumes désorientés et dérangeants. Alors que la véritable nature de la quête de Vasethe est lentement révélée, la gardienne de la frontière, qui change constamment, réalise que le véritable but de la voyageuse menace les domaines qu’elle est chargée de protéger.

Voici comment vous perdez la guerre du temps, d'Amal El-Mohtar et Max Gladstone (16 juillet, Saga Press – Couverture rigide)
Deux des plus grands stylistes de prose de la fantasy moderne associent leurs efforts dans cette histoire poétique et déchirante d'amour, de guerre et de voyages dans le temps. Le rouge et le bleu représentent des factions rivales luttant pour le contrôle de l'avenir. Partie rouge d'une faction technologiquement avancée et artificiellement intelligente, la partie bleue d'un esprit de ruche biologique hyper évolué. Tandis qu’ils combattent dans le temps et dans l’espace, ils ne peuvent résister à la désobéissance aux ordres afin de se narguer et de se défier les uns les autres au moyen de lettres diaboliquement cachées, encodées dans les os, le sang et la terre. Lentement, leur relation évolue d’une confrontation à une autre de respect respectueux, puis de considération – puis d’amour, un amour exprimé à travers des siècles, un message prudent à la fois. Si leur liaison est découverte, ils risquent tous les deux d’être exécutés en tant que traîtres – mais ils se changent mutuellement et l’avenir n’est jamais écrit dans la pierre.

La rage des dragons, de Evan Winter (16 juillet, Orbite – Couverture rigide)
Le premier fantasme épique d’Evan Winter, qui est devenu une histoire à succès avant d’être repris par Orbit, explore le pouvoir de la rage dans un pays défini par la guerre. Les Omehi se battent depuis des siècles – toute leur société est construite autour de celle-ci, dirigée par les rares femmes capables d'appeler des dragons et par les rares hommes capables de se transformer en super soldats. Tau n’est ni l’un ni l’autre, ce qui en fait de la viande pour le grand moulin de la guerre – à moins qu’il ne se retire simplement, cherchant une blessure commode pour pouvoir se retirer dans une ferme et mener une vie paisible. Mais la trahison décime son monde et tue tous ceux qu’il aime – et sa rage l’amène à chercher à devenir le plus grand épéiste de son âge – pour mieux l’aider à se frayer un chemin jusqu’à la vengeance. Inspiré des traditions africaines, il s’agit d’une fantasy épique qui fait la différence tout en vous offrant tout ce que vous aimez du genre.

Unforeseen, de Molly Gloss (16 juillet, Galerie / Saga Press – Couverture rigide)
Molly Gloss est louée pour ses romans (classiques et fantastiques), mais elle s’est également fait connaître avec son travail adroit et plus court: des histoires qui associent une sensibilité littéraire à des tropes SFF et une compréhension profonde de ce qui fait de nous des êtres humains. Recueillies ici sont un ensemble d’histoires couvrant toute une carrière, y compris trois articles parus pour la première fois – un véritable trésor pour les fans de longue date ainsi que pour les lecteurs qui découvrent l’auteur pour la première fois (peut-être via la mission de Saga Press de garantir son héritage lecteurs de genre?). Inclus ici sont les histoires Interlocking Pieces », qui ont été incluses dans le Norton Book of Science Fiction; «The Grinnell Method», lauréat du prix Theodore Sturgeon; et «Lambing Season», finaliste des prix Hugo et Nebula.

Howling Dark, de Christopher Ruocchio (16 juillet, DAW – Couverture rigide)
La suite de la grande saga spatiale de Christopher Ruocchio, Empire of Silence, poursuit les confessions d’Hadrian Marlowe, ancien héritier d’un empire, devenu plus tard amnésique vivant dans les rues d’une ville extra-terrestre et, à terme, du Sun Eater, destructeur de mondes. Hadrian cherchait la planète perdue de Vorgossos et le légendaire extraterrestre Cielcin, mais après des décennies, les recherches se sont refroidies et il commence à diriger un groupe de mercenaires parmi les soleils éloignés et les barbares. Quand Hadrian cherche la paix avec les extraterrestres, l’humanité l’a combattue, il doit quitter les frontières de l’Empire Sollan et s’attaquer à la trahison afin de la sécuriser. S'il échoue, cela pourrait déclencher la combustion de l'univers. Avec la portée de Dune et une voix confessionnelle à la première personne qui nous plonge dans l’esprit d’un possible fou, c’est l’opéra spatial le plus captivant et le plus grandiose qui soit.

Desdemona et les profondeurs, par C.S.E. Cooney (23 juillet, Tor.com Publishing – Broché)
Cette nouvelle de l'auteur primé au World Fantasy, C.S.E. Cooney se concentre sur Desdemona Mannering, la fille riche et bien intentionnée du baron minier de la ville de Seafall. Desdemona mène une vie heureuse et est fière de son travail continu pour apporter une véritable réforme sociale à la ville, en partie pour compenser la disparité économique qui afflige ses résidents – mais elle découvre ensuite la terrible vérité derrière la richesse de son père et les horribles dîmes. il offre au roi gobelin en retour. Desdemona part avec son meilleur ami Chaz pour secourir les hommes que son père a mis en danger – et envisage de signer son propre marché avec le roi gobelin, qui pourrait le condamner pour ses bonnes intentions. Cooney est un poète primé, en plus d’écrire des histoires, et sa prose chante de manière positive.

Dieux de Jade et Ombre, de Silvia Moreno-Garcia (23 juillet, Del Rey – Couverture rigide)
Inspiré des histoires folkloriques mexicaines et inspiré par celles-ci, le dernier roman de l'auteur de Certain Dark Things est une épopée d'inspiration folklorique mexicaine qui raconte l'histoire de la jeune Casiopea Tun, qui esclave la maison de son riche grand-père jusqu'à ce qu'elle tombe sur un mystérieux bois. boîte. Quand elle l'ouvre, elle libère le dieu maya de la mort, une entité au charme curieux qui demande à Casiopea de l'aider à retrouver son trône de son frère perfide. Casiopea connaît le risque – l'échec signifie la mort – mais les récompenses sont trop tentantes pour être laissées de côté. Accompagnant le dieu charismatique au monde souterrain maya et au-delà, Casiopea est déterminée à mener une vie bien au-delà de la petite ville mexicaine dans laquelle elle est née, même si cela lui coûte tout.

Jade War, de Fonda Lee (23 juillet, Orbit — Relié)
Green Bone Saga (à la suite de Jade City), lauréat d'un prix World Fantasy, et classé dans le deuxième livre, poursuit l'histoire de la lutte de la famille Kaul pour la domination sur l'île de Kekon et sa capitale dans un monde alternatif tiré d'une myriade de d’histoire, de légendes et de traditions asiatiques, mais se mêle à une invention fantastique. Le clan a du pain sur la planche alors qu'il se bat contre le clan rival No Peak et contre toute une série d'autres menaces internes et externes émanant des nombreuses forces qui convoitent le précieux jade produit par l'île et confèrent aux guerriers Green Bone des capacités surnaturelles. . Face à leurs ennemis, la famille Kaul échangera tout, y compris leur honneur, pour assurer leur survie. La tournure épique de Lee sur le drame de la foule crée une dépendance.

L'évasion improbable d'Uriah Heep, par H.G. Parry (23 juillet, Orbite — Couverture rigide)
Les brillants débuts de H.G. Parry, un choix de sélection B & N, racontent l’histoire du génial Charley Sutherland: un doctorat en adolescence. et un Invocateur, quelqu'un qui sait lire des personnages littéraires de livres dans le monde réel et inversement. Sa famille, en particulier son frère normal et jaloux, Rob, ont travaillé dur pour garder les talents de Charley secrets. Rob nourrit surtout l’espoir que si Charley cessait simplement d’utiliser sa capacité, ils disparaîtraient. Puis Charley fait une découverte choquante – il y a tout un quartier caché où des personnages littéraires se cachent et tentent de faire une vie, et un autre Invocateur à l'oeuvre en ville – il donne vie à des personnages pervers, et il est conscient de Charley et déterminé à le faire. lui faire du mal. Faisant équipe avec une multitude de personnages littéraires et une détective du nom de Nancy Drew nommée Millie Radcliffe-Dix, Charley et Rob doivent arrêter l'invocateur pervers avant que les méchants amenés au monde ne la détruisent entièrement.

Devenir Superman, par J. Michael Straczynski (23 juillet, Harper Voyager — Hardcover)
J. Michael Straczynski est une légende parmi les geeks – et l’un des auteurs de genre les plus titrés des temps modernes, travaillant dans les domaines du film, de la bande dessinée et de la télévision. Jusqu'à présent, sa vie était un mystère, mais cet incroyable mémoire détaille les sombres vérités cachées derrière son étreinte de science-fiction, de fantastique et de bande dessinée. Elevé par un père alcoolique aimant les nazis, une mère cliniquement déprimée et deux grands-parents sauvages, il a vécu une enfance déchirante et violente qu'il n'aurait peut-être jamais échappée sans l'évasion qu'il avait trouvée dans les bandes dessinées, en particulier Superman. Inspiré par les héros et ceux qui lui ont donné vie, Straczynski s'est attelé à l'écriture comme un homme qui se noie et en a fait un avenir. Sa vraie histoire s'avère aussi saisissante et inspirante que n'importe laquelle de ses œuvres de fiction.

Le dernier astronaute, de David Wellington (23 juillet, Orbit — Broché)
En 2034, une mission humaine sur Mars s'achève sur un désastre si total, la NASA elle-même s'arrête et le seul survivant, le commandant Sally Jansen, s'en va à la retraite. Deux décennies plus tard, un objet détecté dans les profondeurs de l’espace change de cap et se dirige directement vers l’orbite terrestre, ignorant toutes les tentatives de prise de contact. Les restes de la NASA sont rappelés – y compris une Jansen réticente et toujours hantée, qui accepte de prendre en charge la mission uniquement parce qu’elle est littéralement la seule personne qualifiée pour le faire. Ce que Jansen et l’équipe qu’elle rassemble découvrent lorsqu’ils se rendent au rendez-vous avec l’objet est terrifiant – et modifie l’objectif de la mission en une simple survie. C’est l’horreur de la science-fiction la plus terrifiante, ne serait-ce que parce que la science qui la sous-tend est fondée et tout à fait possible.

Magic: The Gathering — Rise of the Gatewatch, une histoire visuelle de Wizards of the Coast (Le 23 juillet, Abrams — Couverture rigide)
Magic: The Gathering est une franchise fantastique intéressante: à la fois un jeu complexe et un ensemble épique d’histoires se déroulant dans un multivers de mondes détaillés et richement imaginés. Les planeswalkers sont des êtres puissants qui ont juré de défendre le multivers et l’histoire de ce premier est célébrée dans ce livre magnifique. La collecte d'œuvres d'art à partir de cartes – y compris les versions originales dépassant le cadre – d'emballage et d'affichages de convention exclusifs, l'histoire des planeswalkers est explorée avec des détails complexes. Depuis leurs origines dans la nuit des temps jusqu’à leur confrontation légendaire avec Nicol Bolas, le dragon et le planeswalker aîné, c’est une histoire qui rivalise avec tout fantasme épique, peu importe le format.

Thrawn: Treason (Édition exclusive Barnes & Noble), de Timothy Zahn (23 juillet, Del Rey – Paperback)
Timothy Zahn poursuit l’histoire de l’un des personnages les plus populaires de la saga Star Wars – celle qu’il a créée il y a près de 30 ans – avec le troisième volume d'une trilogie qui a commencé avec Thrawn en 2017. Pendant des années, Thrawn a été l'une des armes les plus meurtrières de l'empereur, mais à mesure que l'attention de Palpatine se porte sur le projet de l'Étoile de la mort et sur des destructions beaucoup plus importantes, le Grand Amiral se trouve en train de défendre sa place dans l'ordre hiérarchique impérial – mais un émissaire de son passé apparaît soudainement avec l'avertissement d'une menace contre le monde natal de Thrawn, une information qui l'obligera à choisir entre son peuple et le puissant empire auquel il a juré allégeance. C’est un plaisir de voir Zahn jouer à nouveau avec le personnage qui nous a fait croire de nouveau à Star Wars, toutes ces années auparavant. L'édition Barnes & Noble comprend une affiche détachable exclusive.

Le convecteur de Toynbee, de Ray Bradbury (30 juillet, Simon et Schuster – Couverture rigide)
Ray Bradbury est l’un de nos écrivains les plus célèbres du fantastique, mais l’attention semble porter principalement sur ses ajouts précoces et novateurs à l’histoire littéraire. Il est à peu près temps que ses histoires plus récentes attirent l’attention, et cette réédition devrait en replacer 22 en tête des listes TBR. Publié à l'origine en 1988 et longtemps indisponible, cette collection rassemble le meilleur de Bradbury, y compris l'histoire du titre, dans laquelle l'inventeur d'une machine à remonter le temps décompte les jours où son passé et son avenir vont se rencontrer. Dans «Sur l’Orient, au Nord», un fantôme combat la fin en finissant par des histoires qui la soutiennent, tandis que «Ouest d’octobre» raconte l’histoire d’une femme qui a le pouvoir d’envoyer les âmes de sa famille dans différents corps, avec conséquences extrêmement improbables. Des choses magistrales d'un maître qui est resté jusqu'à la fin.

Dark Age, de Pierce Brown (30 juillet, Del Rey – Couverture rigide)
La cinquième entrée de la série Red Rising, l’opéra épique le plus vendu de Pierce Brown, est aussi complexe et violente que les quatre précédentes. Darrow – jadis un modeste Rouge dans une galaxie stratifiée par couleurs, puis le briseur de chaînes et le héros de la révolution qui a détruit un empire – est à nouveau un ennemi de la république, mais continue sa guerre solitaire avec les forces qu’il lui reste. L'héritier du trône égaré revient au cœur du système pour tenter de rallier les Indiens non dignes de confiance à la cause de la restauration, et le chef de la République, Mustang, lutte contre un éventail d'ennemis cachés et déclarés. L’univers de Brown a toute la gravité et la politique sanglante de la Rome antique – et le système solaire du futur futur pourrait se diriger vers une chute similaire.

Le chien de la justice, par Claire O’Dell (30 juillet, Harper Voyager – Paperback)
Claire O'Dell continue à réinventer la dynamique Holmes / Watson alors que le chirurgien Watson a perdu un bras qui traitait des soldats blessés dans un conflit survenu avant le début de A Study in Honour. Il a du mal à travailler avec un bras prothétique dans un avenir proche. États-Unis divisé par une deuxième guerre civile. Lorsqu'une attaque terroriste voit Watson soigner les blessés, tandis que l'agent du FBI Sara Holmes enquête sur la manière dont l'attaque s'est déroulée, les deux hommes se retrouvent à nouveau ensemble, puis se retrouvent sous couverture, directement dans le cœur raciste des territoires contrôlés par les sécessionnistes. C’est bien plus qu’un hommage: c’est bien un hommage, bien que son mystère soit digne de Doyle, mais c’est une histoire qui touche au cœur de ce que l’Amérique est et de ce qu’elle pourrait être.

L'ascension vers la divinité, par JY Yang (30 juillet, Tor.com Publishing – Broché)
JY Yang dévoile les nouvelles facettes du monde du Tensorat avec le quatrième roman de leur série nominée aux prix Hugo et Nebula. L’histoire, qui est unique et jette une lumière nouvelle sur l’histoire des livres précédents, se déroule comme un confessionnal: la faction de Lady Han, les Machinists, qui redoutent la magie, a réussi à organiser un coup d’Etat, assassinant la protectrice cruelle du royaume, et elle est ivre et dévoilant son âme à un auditeur indéterminé. Elle raconte une enfance difficile. À l'âge de 12 ans, sa famille pauvre et commune l'a vendue à un homme qui lui a donné un nouveau nom et l'a envoyée dans la capitale pour suivre une formation de courtisane. Ses capacités et son ambition attirent l'attention de Hekate, improbable successeur du trône, qui l'entraîne dans un stratagème politique contre une rivale et lui donne encore un autre nom: Lady Han. Lady Han et Hekate développent un lien difficile, entre devoir, obligation et amour, plus tendu lorsque celui-ci monte sur le trône.

Quels nouveaux livres SFF allez-vous acheter ce mois-ci?

Posts created 13602

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.