Le château en mouvement de Howl (film) - Wikipedia

Le château en mouvement de Howl (film) – Wikipedia

Howl's Moving Castle (Japon:: 城, Hepburn: Hauru no Ugoku Shiro) est un film fantastique japonais de 2004 écrit et réalisé par Hayao Miyazaki. Le film est vaguement basé sur le roman de 1986 du même nom de l'auteur britannique Diana Wynne Jones. Le film a été produit par Toshio Suzuki, animé par Studio Ghibli et distribué par Toho. Les voix japonaises comprenaient Chieko Baisho et Takuya Kimura, tandis que la version doublée en anglais mettait en vedette Jean Simmons, Emily Mortimer, Lauren Bacall et Christian Bale.

L'histoire se déroule dans un royaume fictif où règnent à la fois la magie et la technologie du début du XXe siècle, sur fond de guerre avec un autre royaume. Le film raconte l’histoire d’une jeune modiste contente, nommée Sophie, transformée en femme âgée par une sorcière qui pénètre dans sa boutique et la maudit. Elle rencontre un sorcier nommé Howl et se retrouve prise dans sa résistance à se battre pour le roi.

Influencé par l'opposition de Miyazaki à l'invasion de l'Irak par les États-Unis en 2003, le film contient des thèmes très opposés à la guerre. Miyazaki a déclaré qu'il "avait beaucoup de colère à propos de (la guerre en Irak)", ce qui l'avait conduit à faire un film qui, à son avis, serait mal accueilli aux États-Unis. Il explore également le thème de la vieillesse, décrivant positivement l'âge comme quelque chose qui accorde la liberté au protagoniste. Le film contient également des éléments féministes et transmet des messages sur la valeur de la compassion.

En 2013, Miyazaki a déclaré que le film était sa création préférée, expliquant: "Je voulais transmettre le message que la vie vaut la peine d'être vécue, et je ne pense pas que cela ait changé." Le film est thématiquement significativement différent du livre; Le livre met l'accent sur l'amour, la loyauté personnelle et les effets destructeurs de la guerre.

Le château de Howl a été présenté en première mondiale au Festival du film de Venise le 5 septembre 2004 et sa sortie en salle a été présentée au Japon le 20 novembre 2004. Il a atteint 190 millions de dollars bruts au Japon et 236 millions de dollars dans le monde, ce qui en a fait l'un des plus réussis sur le plan financier. Les films japonais dans l'histoire. Le film a été salué par la critique, notamment pour ses graphismes et la présentation des thèmes par Miyazaki. En 2006, il a été nominé aux Oscars du meilleur film d'animation, mais a été perdu par Wallace et Gromit: La Malédiction du loup-garou, et a remporté plusieurs autres prix, dont quatre Tokyo Anime Awards et un Nebula Award. pour le meilleur script.

Sophie, une jeune modiste, rencontre un sorcier nommé Howl alors qu’elle se rend chez sa sœur Lettie. De retour chez elle, elle rencontre la Sorcière des Déchets qui la transforme en une femme de quatre-vingt-dix ans. Cherchant à briser la malédiction, Sophie quitte la maison et part à travers la campagne. Elle rencontre un épouvantail vivant, qu'elle appelle "tête de navet". Il la conduit au château en mouvement de Howl, où elle entre sans invitation. Elle rencontre ensuite le jeune apprenti de Howl, Markl, et un démon de feu nommé Calcifer, qui est à l'origine de la magie du château ainsi que de son mouvement général. Lorsque Howl apparaît, Sophie annonce que Calcifer l'a engagée comme femme de ménage.

Pendant ce temps, le pays de Sophie est pris dans une guerre avec un royaume voisin, à la recherche de son prince disparu. Le roi appelle Howl à se battre dans la guerre. Cependant, Howl décide d'envoyer Sophie chez le roi (sous prétexte d'être sa mère) pour lui dire que Howl est trop lâche pour se battre. Avant de partir, il donne à Sophie un anneau enchanté qui la conduit à Calcifer. Sophie rencontre Suliman, la conseillère du roi et la sorcière du gâchis, que Suliman punit en perdant tout son pouvoir, la transformant en une vieille femme sans danger. Suliman prévient Sophie que Howl rencontrera le même sort s'il ne se bat pas et c'est ainsi que Howl arrive pour sauver Sophie. Suliman tente de le piéger, mais avec l'aide de Sophie, ils s'échappent avec l'ancien sorcier du déchet et le chien de Suliman, Hin.

Sophie apprend que la vie de Howl est en quelque sorte liée à Calcifer et que Howl s'est transformé en une créature ressemblant à un oiseau pour interférer avec les deux camps de la guerre, mais chaque transformation le rend plus difficile pour lui de revenir à la forme humaine. Howl fait alors relier le château à la maison de Sophie par magie, en le garant lui-même à la périphérie de la ville. Quelques jours plus tard, la ville est bombardée par des avions ennemis et les hommes de main de Suliman attaquent la maison et le magasin de chapeaux de Sophie. Howl se dirige pour protéger le groupe. Sophie déplace ensuite tout le monde hors de la maison et sort Calcifer de la cheminée qui effondre le château. La sorcière des déchets se rend compte que Calcifer a le cœur de Howl et attrape le démon du feu, s'immolant par le feu. Sophie panique et verse de l'eau sur la sorcière, ce qui éteint Calcifer. Le château se sépare alors en deux; Sophie tombe dans un gouffre et est séparée du groupe.

Après l’anneau enchanté, Sophie se promène dans une scène du passé où elle voit un jeune hurlement attraper une étoile filante – Calcifer – et lui donner son cœur. Sophie leur demande de la retrouver dans le futur, car elle est téléportée. Elle retourne au présent, trouve Howl et se réunit avec les autres. La sorcière rend le cœur de Howl, et Sophie le remet dans Howl, le ressuscitant et libérant Calcifer, bien qu'il décide de rester. La malédiction de Sophie est brisée. Après avoir embrassé Turnip Head sur la joue, il retrouve sa forme humaine et se révèle être Justin, le prince disparu du royaume ennemi, qui se dirige rapidement vers son domicile. Suliman, regardant à travers un globe de cristal, décide de mettre fin à la guerre. Alors que les bombardiers s'envolent, Sophie, Howl et les autres voyagent haut dans les airs dans un nouveau château volant.

Voice casting (edit)
  Chieko Baisho, qui a exprimé Sophie dans la version japonaise du film
  Emily Mortimer, qui a exprimé la jeune Sophie dans la version du film doublée en anglais

Pacifisme (éditer)

Le château en mouvement de Howl contient de forts thèmes anti-guerre, influencés par le dégoût de Miyazaki pour la guerre en Irak de 2003. Lorsqu'il a reçu un Oscar pour Spirited Away, il a déclaré qu'il "avait beaucoup de rage à propos de (la guerre). Il a donc ressenti une certaine hésitation à propos de l'attribution". Miyazaki s'identifie comme un pacifiste. À la veille de la guerre en Irak, Miyazaki décida de faire un film qui, à son avis, serait mal accueilli aux États-Unis. En dépit du succès du film dans ce pays, le spécialiste de la littérature Dani Cavallaro a déclaré que Miyazaki était capable de "créer un film qui aurait dû, en principe, causer un certain malaise chez le public américain". Dans le film, Madame Suliman ne semble avoir que des motivations sadiques pour créer un conflit et, bien qu’elle soit omnisciente, est incapable de reconnaître l’idiotie de la guerre jusqu’à la fin de l’histoire. Cela reflète le désir de Miyazaki de montrer que les conflits du monde réel sont quelque peu arbitraires et alimentés par le désir de personnes capricieuses. Cavallaro a déclaré que la description de la guerre portait "un goût amer indéniable".

L'univers de Howl's Moving Castle est décrit comme n'ayant pas de méchants et de héros bien définis; au lieu de cela, les caractères sont complexes et même ceux qui sont initialement décrits sous un jour négatif, tel que Howl, sont présentés comme pouvant changer. Matt Kimmich a toutefois déclaré que le message simpliste du film était que "la guerre est mauvaise". Une scène où Sophie est debout dans un magnifique champ de fleurs est interrompue par une machine de guerre, "un doigt accusant l'empire de destructeur de la paix". Cette représentation contraste fortement avec d’autres films de Miyazaki, comme la princesse Mononoke, qui critique le conflit militaire de manière plus nuancée. Andrew Osmond a déclaré que "la position anti-guerre au cœur pur de Howl est présentée comme un nihilisme sans alternative puisqu'il combat les forces de chaque côté et devient la pire terreur de tous", sous la forme de cet oiseau monstrueux. En se transformant en oiseau, Howl risque de perdre sa propre humanité; Calcifer commente à un moment donné qu'il ne sera bientôt plus capable de retrouver sa forme humaine. En revanche, Ashitaka de la princesse Mononoke lutte contre la maladie démoniaque dont il est affligé et tente de négocier une paix entre les deux parties. Osmond affirme que les deux films soulignent également les limites de la masculinité, comme en témoignent Howl et Ashitaka.

Envol et critique de la modernité (modifier)

Comme plusieurs autres films de Miyazaki, Howl's Moving Castle reflète l'amour du réalisateur pour l'aviation. Les séquences du film incluent à la fois plusieurs avions de conception inventive, ainsi que Howl se transformant en oiseau. Miyazaki examine le vol en tant que thème le plus directement abordé dans le film ultérieur The Wind Rises. Miyazaki a déclaré qu'il avait été attiré par les avions militaires dès son enfance, mais qu'il avait de plus en plus de mal à les détester en raison de l'objectif destructeur pour lequel ils avaient été créés. Ainsi, le château mobile de Howl contient des images d'aéronefs présentés comme inoffensifs et beaux, et de gros engins militaires décrits comme étant laids et destructeurs. Cavallaro écrit que Miyazaki veut "décrire le vol comme un objet d'admiration et de crainte", mais qu'il n'est pas "(aveugle) contre ses abus commis par des stratèges et des dirigeants peu scrupuleux".

La vision nuancée du vol fait partie de la critique plus large de la société et de la technologie modernes par Miyazaki. Margaret Talbot écrit qu'en personne, Miyazaki manifeste «un profond mécontentement vis-à-vis de la vie moderne», en particulier vis-à-vis des effets de la technologie et de sa déconnexion avec la nature. Beaucoup de ses films décrivent l’orgueil technologique comme l’une des racines du mal. Les cuirassés qui se déplacent au-dessus du paysage sont décrits comme "brillants de modernité et de justice qui défile", mais se révèlent alors extrêmement destructeurs. En revanche, le château semi-organique démontre "la présentation taoïste de Miyazaki de l’industrialisme devant être aligné sur la nature", selon Carl et Garrath Wilson. Antonio Lioi écrit que Miyazaki dépeint souvent de belles scènes contrastant avec celles contenant des symboles de la modernité, comme celle où la rêverie de Sophie est interrompue par une machine de guerre. Ce contraste fait partie d'une critique écologique de la modernité, mais Miyazaki offre également une alternative, sous la forme de beaux paysages naturels.

Vieillesse et compassion (modifier)

Miyazaki a déclaré que l'un des aspects intéressants de l'histoire de Howl's Moving Castle était sa vision relativement positive du vieillissement. Lorsque Sophie devient âgée à la suite du sortilège de la sorcière, elle se sent également plus capable de dire ce qu'elle pense. Selon Miyazaki, les femmes âgées ne sont que rarement autorisées à dominer l'écran, comme dans Howl's Moving Castle, ce qui en faisait un concept risqué. Elizabeth Parsons a déclaré que le film bouleversait le stéréotype de "l'âge peu attrayant", lorsque Sophie, âgée artificiellement, avait réussi à sauver deux hommes séduisants (qui l'aimaient) et à mettre fin par la guerre à la guerre de manière non intentionnelle. Les actions de Sophie sont celles habituellement associées aux grands-mères, comme être gentil et nourricier avec ceux qui l'entourent et faire des tâches ménagères; Cependant, ces actions sont décrites comme étant puissantes et héroïques. Sophie est l'une des nombreuses protagonistes féminines des films de Miyazaki. Selon Parsons, cela confère également au film un aspect féministe. De plus, même si Sophie parvient à légitimer sa présence dans le château en prétendant être une femme de ménage, le film montre ensuite que les tâches ménagères sont équitablement réparties, renforçant ainsi son aspect féministe.

En 2013, Miyazaki a déclaré que Howl's Moving Castle était sa création préférée et a expliqué son choix en déclarant: "Je voulais transmettre le message que la vie vaut la peine d'être vécue, et je ne pense pas que cela ait changé." Dans le film, il est montré à Sophie de surmonter des défis extrêmes en apprenant à placer le bien-être de ses proches au-dessus de ses propres intérêts, une qualité que Miyazaki appelle la dévotion. Plusieurs des protagonistes des films de Miyazaki, tels que Ashitaka et San dans Princess Mononoke et Sheeta et Pazu dans Castle in the Sky apprennent à survivre en apprenant la même leçon. Cavallaro déclare que Miyazaki répand cette morale à travers tout le film, afin de montrer la capacité des êtres humains à faire preuve de compassion, comme lorsque l'épouvantail tient un parapluie au-dessus de la tête de Sophie quand il pleut. Au cours du film, Howl, son personnage le plus vaniteux et égoïste, apprend également à faire passer les autres avant lui-même. Lorsque Madame Suliman redonne à la Sorcière des Déchets sa véritable forme de vieille femme décrépite, Sophie la prend et la prend en charge, même si la sorcière est responsable de la malédiction de Sophie, démontrant ainsi fortement l'idée de compassion. La sorcière détruit alors presque Howl par son comportement égoïste, mais aide également à sauver le château à la fin. Parsons écrit que "dans le numéro d'équilibre de Miyazaki, les vieilles femmes peuvent être puissantes et faibles, positives et négatives, nourricières et égoïstes, décriées et aimées; en bref, elles ne peuvent être simplement catégorisées ou stéréotypées, et elles ne peuvent pas être considérées comme des malfaiteurs fantastiques. incarné par de mauvaises sorcières ". Le film leur donne également beaucoup d’espace en tant que personnages actifs, chose que l’on ne trouve généralement pas dans les films occidentaux.

Production (éditer)

En septembre 2001, Studio Ghibli a annoncé la production de deux films. Le premier deviendrait The Cat Returns et le second était une adaptation du roman de Diana Wynne Jones, Howl's Moving Castle. La rumeur persiste selon laquelle Miyazaki aurait eu l'idée de faire le château mobile de Howl lors d'une visite au marché de Noël de Strasbourg.Toshio Suzuki, producteur du château mobile de Howl, a déclaré que Miyazaki avait été inspiré par le film lorsqu'il avait lu le roman de Jones l'image d'un château se déplaçant à travers la campagne. (20) Le roman n'explique pas comment le château s'est déplacé, et Miyazaki souhaitait savoir comment le château pourrait se déplacer, ce qui donnait l'image d'un château sur des cuisses de poulet. Le château en mouvement complexe change et se réorganise plusieurs fois au cours du film en réponse à l'excentricité de Howl et aux diverses situations. La structure de base du château se compose de plus de 80 éléments, dont des tourelles, une langue en mouvement, des roues dentées et des cuisses de poulet, qui ont été rendus sous forme d’objets numériques.

Mamoru Hosoda de Toei Animation avait à l'origine été sélectionné pour diriger le film, mais il a quitté le projet après que les dirigeants de Studio Ghibli eurent rejeté bon nombre de ses idées conceptuelles. Le film a été mis en suspens jusqu'à ce que Miyazaki prenne la relève. Le projet a repris avec la production en février 2003. Il devait être achevé au printemps 2004 et lancé à l’été de cette année.

Miyazaki s’est rendue à Colmar et à Riquewihr en Alsace, en France, pour étudier l’architecture et les environs dans lesquels se déroulait le tournage du film. Les concepts de la technologie future dans les travaux d'Albert Robida ont également inspiré d'autres idées. Les commentateurs ont déclaré que l'imagerie de Miyazaki était influencée par son penchant pour "l'art de l'illusion" de l'Europe du 19ème siècle. Suzuki a déclaré que contrairement à de nombreux films occidentaux, dans lesquels les images passaient "du général (au) spécifique", Miyazaki utilisait une approche uniquement japonaise, commençant souvent par une image très spécifique et partant de là. Cependant, Howl's Moving Castle et les films de Miyazaki en général mettent l'accent sur des images réalistes d'une manière qui ne le fait pas.

Le film a été produit numériquement, mais les arrière-plans d'origine ont été dessinés à la main et peints avant d'être numérisés. Les personnages ont également été dessinés à la main avant de les numériser dans l'ordinateur. Les 1400 scènes du film ont été finalisées pour le film et ont été achevées le 16 janvier 2004. Le 25 juin, l'animation intermédiaire a été complétée et la vérification terminée le 26 juin. Studio Ghibli a utilisé la technologie numérique pour exécuter de nombreuses copies des parties immobiles d'une scène, ce qui évite les incohérences entre diverses images fixes, mais peut créer une impression d'artificialité. Par conséquent, le studio a choisi de retoucher manuellement les images modifiées numériquement, en recréant le "toucher" d'une image dessinée à la main.

Comme avec les autres films de Studio Ghibli, le film a été coproduit avec d'autres sociétés, à savoir Tokuma Shoten, le réseau de télévision Nippon, Dentsu, Buena Vista Home Entertainment, Mitsubishi et Toho (26).

Comparaisons entre film et roman (edit)

Le film présente plusieurs différences par rapport au roman, en partie en raison des exigences différentes des deux médias. Le roman de Diana Wynne Jones a une très grande distribution de personnages et plusieurs intrigues trop complexes pour être transférées dans le film. En conséquence, des personnages tels que la deuxième soeur de Sophie, Martha, sont laissés de côté, de même que l'intrigue impliquant Markl (appelé dans le roman Michael, et représenté à l'adolescence plutôt qu'à un jeune garçon) la courtisant. Jones a discuté du film avec les représentants du Studio Ghibli, mais n’a pas participé à la production du film. Miyazaki s'est rendue en Angleterre à l'été 2004 pour donner à Jones un visionnage privé du film terminé. Elle aurait déclaré: "C'est fantastique. Non, je n'ai aucune contribution. J'écris des livres, pas des films. Oui, ce sera différent du livre. En fait, ce sera probablement très différent, mais c'est comme il se doit. Ce sera toujours un film fantastique. "

Le roman décrit le château de Howl comme une tour sorcière haute, sombre et sinistre, très différente de l'image complexe du film. Le château du film peut être vu comme une parodie des machines vues dans le film, entraînées à la fois par des machines à vapeur et par magie. Dans le film, il s'agit d'un "collage circulaire de cheminées, de toits, de conduites de vapeur et d'autres appendices étranges, entraînés par des jambes d'oiseaux mécanisées", qui ressemble à la hutte de Baba Yaga du conte de fées populaire. Il est vaguement organique et presque décrit comme une forme de vie. De même, Calcifer est une figure démoniaque dans le livre, par rapport à la personnalité et à l'image "attachantes" qu'il a dans le film. Le film et le roman tentent tous deux de rendre des éléments fantastiques comme des choses banales et ordinaires. Bien qu'ils se situent dans un univers fantastique, les personnages exécutent souvent des tâches routinières, telles que la préparation du petit-déjeuner ou la vaisselle, par opposition aux actions héroïques typiques d'un univers fantastique. Dans le roman, Jones bouleverse le décor fantastique en incluant des scènes dans lesquelles les personnages se rendent au pays de Galles. Le film, cependant, évite cette digression et maintient un réglage constant.

Le plus grand ajout de Miyazaki à l'intrigue du livre a été l'utilisation de la guerre comme une grande partie de l'intrigue. Dans le livre, il est uniquement fait référence à la guerre; le roi ordonne à Howl de retrouver le frère disparu du roi, Justin, car ses compétences militaires sont indispensables à une guerre prochaine. Les fréquentes disparitions de Howl sont dues à ses habitudes de femme, ce qui fait que Sophie le voit comme une personne superficielle et lâche. Cependant, dans le film, Howl disparaît de la scène pour se transformer en un oiseau géant et perturber les plans de bataille des deux armées.

Les rôles de plusieurs personnages diffèrent également entre roman et film en raison de ce changement d’intrigue. La sorcière des déchets est le principal antagoniste du livre, alors que dans le film, elle est réduite par la magie de Madame Suliman à une vieille femme inoffensive au final qui évoque la sympathie du public et de Sophie. En revanche, le film confond les deux personnages du roman, Mme Penstemmon et le sorcier Suliman, avec Mme Suliman. Bien que Suliman se rapproche le plus d'un méchant traditionnel dans le film, elle présente des motivations ambiguës et les critiques ont déclaré que le véritable méchant était la guerre elle-même. Howl perd l'aspect "rauque" de la femme qui était une partie importante de son personnage dans le roman. En revanche, Sophie devient une figure plus conventionnelle du film. elle est moins grincheuse et franche, et démontre son amour pour Howl plus tôt et plus explicitement. Le scénario dans le roman de Sophie comme étant une puissante sorcière à part entière est mis en sourdine dans le film, même s'il est toujours démontré qu'elle a le contrôle de sa malédiction.

L’objet thématique de l’histoire diffère également entre le roman et le film. La critique Antonia Levi a écrit que regarder le film ressemblait à lire des fan fiction de haute qualité. bien que les personnages et le décor soient les mêmes, l'histoire était différente. Bien que dans les deux cas l'histoire commence avec le fait que Sophie soit prisonnière de sa situation et des normes sociales, les défis auxquels elle est confrontée sont légèrement différents. Levi a déclaré que "Jones utilise Sophie, Howl et Calcifer dans un format de conte de fées pour raconter une histoire sur les attentes de classe et de genre, Miyazaki utilise les mêmes personnages pour raconter une histoire sur la loyauté personnelle, l'amour et la guerre".

La partition a été composée et dirigée par Joe Hisaishi et interprétée par le New Japan Philharmonic (33). Le CD de la bande originale du film a été publié pour la première fois le 19 novembre 2004 par Tokuma Japan Communications. Hisaishi a également composé et dirigé un album de Howl's Moving Castle: Symphony Suite, publié le 21 janvier 2004 et comprenant dix pièces remaniées de la bande originale. Il a également composé, avec Youmi Kimura, CD Maxi-Single de Moving Castle de Howl, un CD single publié le 27 octobre 2004, qui comprend la chanson thème du film, chantée par Chieko Baisho (l'acteur vocal japonais de Sophie), sa version karaoké et une version pour piano du thème principal du film, "Le manège de la vie".

Libération et réception (edit)
Box office (éditer)

Le film a été lancé au 61e festival du film de Venise en 2004 et est sorti au Japon le 20 novembre 2004. Le film a rapporté 14,5 millions de dollars au cours de sa première semaine de sortie au Japon. Le film a été distribué au Japon par Toho et a rapporté 190 millions de dollars dans ce pays. Distribué à l'échelle internationale par diverses sociétés, il a rapporté environ 45 000 000 USD supplémentaires hors du Japon, pour un total mondial de 235 184 110 USD. Le film a ensuite été doublé en anglais par Pete Docter de Pixar et sorti en juin 2005. Il a été distribué aux États-Unis par Buena Vista, une filiale de Disney. Il est sorti en DVD le 10 mars 2006. C'était l'un des films japonais les plus réussis sur le plan commercial. Peu de temps après sa sortie, il est devenu le troisième film au Japon ayant le plus grand succès financier, derrière Titanic et Spirited Away.

Médias domestiques (modifier)

Sur la vidéo personnelle, Howl's Moving Castle a été vendu à 2,7 millions d'exemplaires au Japon (37) et a rapporté environ 17 millions de dollars aux États-Unis (38). Le 17 octobre 2017, GKIDS a republié le film sur Blu-ray et DVD (39).

Réponse critique (modifier)

Rotten Tomatoes, le site d'agrégation de critiques, affiche un taux d'approbation de 87% basé sur 181 commentaires, avec une note moyenne de 7.47 / 10. Le consensus critique du site Web se lit comme suit: "Magnifiquement illustré par le maître animateur Miyazaki, Howl's Moving Castle ravira les enfants avec son histoire fantastique et touchera également le cœur et l'esprit des téléspectateurs plus âgés." Le film détient également une moyenne de 80/100 sur Metacritic, basé sur 40 critiques indiquant "des critiques généralement favorables".

Claudia Puig, critique d'USA Today, a commenté positivement le film, le louant pour sa capacité à associer "un sentiment d'émerveillement enfantin à des émotions et des motifs sophistiqués" .Helen McCarthy dans 500 Essential Anime Movies a déclaré que le monde naturel était "magnifiquement représenté", avec "des montagnes absolument à couper le souffle et des paysages au bord du lac". Elle a également salué la conception du château et ajouté que Miyazaki a ajouté ses propres thèmes au film: "le rapport de l'homme à la nature, la futilité de la guerre et la joie de fuir". Joe Morgenstern de The Wall Street Journal a qualifié le film "un Un festin mobile de délices ". Richard Corliss of Time a écrit:" Les palais et les lacs chatoyants, les avions de combat et les sprites de feu s'animent sous le souffle du génie graphique de Miyazaki. " Ty Burr a écrit pour le Boston Globe: "Au mieux," Howl's Moving Castle "offre un fantastique fantasme d'évasion adolescente, de romance au sens ancien et épique. Au pire, c'est le plus incroyable des 12 plats ne peut pas vous amener à finir. "AO Scott du New York Times a écrit: "Le travail des admirateurs de (Hayao Miyazaki), extrêmement imaginatif, émotionnellement intense et d'une douceur sans pareille, trouvera beaucoup à apprécier dans ce film car il démontre, une fois encore, son ingéniosité visuelle et sa sensibilité "Howl's Moving Castle" est une introduction appropriée à l'un des plus grands enchanteurs du cinéma moderne. "

À l'inverse, Roger Ebert du Chicago Sun-Times a attribué au film deux étoiles et demie sur quatre, et l'a qualifié de "déception" par rapport aux films récents d'autres Miyazaki. Jonathan Trout, de la BBC, a déclaré: "Les fans de la jeunesse et de Miyazaki roucouleront à la profondeur du monde et à la riche surréalité, mais ils complotent de manière opaque et tendent à épouvanter Sophie tandis que Howl est absent pour des événements laissant les élans du premier acte s'évanouir. " Stephanie Zacharek a déclaré: "L'intrigue de" Howl's Moving Castle "serpente si bas que ses détails deviennent de moins en moins charmants. Le style de narration de Miyazaki ressemble à celui d'un jeune garçon essoufflé qui exerce sans peur ses nouveaux pouvoirs d'expression." Stephen Hunter du Washington Post a critiqué l'intrigue du film en déclarant "Il n'y a pas d'histoire, ou plutôt, elle n'a pas de force, qui serpente presque avec désinvolture de cette façon et sans raison apparente." (49) que le film donnait aussi plus de pouvoir aux jeunes femmes et qu’il était «beau au-delà de ce que l'on dit» (49), écrit dans Variety, David Rooney a déclaré que «le moteur narratif rugit à l'heure d'ouverture et qu'il est plus erratique par la suite», et a suggéré qu'une meilleure traduction aiderait. Matt Kimmich, spécialiste de la littérature, a déclaré que le film était un "compromis difficile entre deux intrigues et deux imaginaires", faisant référence à l'histoire originale de Jones et au style d'animation et de récit de Miyazaki. Cependant, il a déclaré que les scènes qui ne dépendaient ni de l'intrigue originale de Jones ni des fils de l'intrigue ajoutée de Miyazaki trouvaient "un humour visuel qui rappelle l'esprit de légèreté et le brio du roman de Jones", et que "l'animation parvient à se libérer de la demandes des deux parcelles — et mouches. "

Top dix listes (modifier)
"Il y a un mot pour le genre de visions comiques, dramatiques, romantiques et transporteuses que Miyazaki réalise dans Howl's: Bliss."
—Peter Travers, Rolling Stone

Le film a figuré dans la liste des dix meilleurs films de 2005 selon les critiques de nombreux critiques.

Accolades (modifier)

An

Prix

Catégorie

Résultat

Bénéficiaire

Référence
2004

61ème Mostra de Venise

Prix ​​Osella pour réalisations techniques

A gagné

Le château en mouvement de Howl

Prix ​​du film Mainichi

Meilleur film japonais
(Prix du choix des lecteurs)

A gagné

Le château en mouvement de Howl

Festival des arts médiatiques au Japon

Prix ​​d'Excellence, Animation

A gagné

Le château en mouvement de Howl

2005

Tokyo Anime Award

Animation de l'année

A gagné

Le château en mouvement de Howl

Meilleur réalisateur

A gagné

Hayao Miyazaki

Meilleur acteur de voix / actrice

A gagné

Chieko Baisho

Meilleure musique

A gagné

Joe Hisaishi

Festival du film de Maui

Prix ​​du public

A gagné

Le château en mouvement de Howl

Festival international du film de Seattle

Prix ​​Golden Space Needle

1er coureur finaliste

Le château en mouvement de Howl

2006

78ème cérémonie des Oscars

Meilleur film d'animation

Nommé

Le château en mouvement de Howl

Prix ​​Saturne

Meilleur film d'animation

Nommé

Le château en mouvement de Howl

2007

Prix ​​de la nébuleuse

Meilleur scénario

A gagné

Hayao Miyazaki (script),
Cindy Davis Hewitt et Donald H. Hewitt
(Traduction anglaise)

Références (éditer)

Sources (éditer)

  • "Howl Nominé pour le Saturn Award". animenewsnetwork. 21 février 2006. Extrait le 24 juillet 2016.
  • "2004 Mainichi Film Awards". animenewsnetwork. 24 janvier 2005. Extrait le 24 juillet 2016.
  • "Le château mobile de Howl". boxofficemojo.com. Récupéré le 25 octobre 2019.
  • "Prix officiels du 61ème Festival du Film de Venise". labiennale.org/. 11 septembre 2004. Archivé de l'original le 9 octobre 2004.
  • Burr, Ty (10 juin 2005). "Bien que parfois inintelligible, le 'Château' de Miyazaki est magique". Le globe de Boston. Récupéré le 18 juillet 2016.
  • Cavallaro, Dani (2006). L'art de l'anime de Hayao Miyazaki. McFarland. ISBN 978-0-7864-5129-6.
  • Cavallaro, Dani (2015). Image du monde de Hayao Miyazaki. McFarland. ISBN 978-1-4766-2080-0.
  • Corliss, Richard (5 juin 2005). "Films: Pour les enfants de tous les âges". TEMPS. Récupéré le 18 juillet 2016.
  • Ebert, Roger (9 juin 2005). "Revue de film de Howl's Moving Castle (2005)". RogerEbert.com. Récupéré le 2 juin 2013.
  • Geoghegan, Kev (5 décembre 2011). "Le château mobile de Howl s'est adapté à la scène de Southwark". BBC. Récupéré le 24 juillet 2016.
  • Ghibli en ligne. "Le château mobile de Howl". Ghibli en ligne. Récupéré le 16 juillet 2013.
  • Gordon, Devin (2005). "Un 'pessimiste positif'". Le Web Hayao Miyazaki. Récupéré le 8 mai 2008.
  • "Le château mobile de Howl". imdb.com. Récupéré le 24 juillet 2016. (source non fiable?)
  • "2004 Japan Media Arts Festival Awards" (en japonais). Japan Media Arts Plaza, Agence pour les affaires culturelles. Archivé de l'original le 4 avril 2010. Extrait le 1 mars 2009.
  • Levi, Antonia (2008). "Le château mobile de Howl". Mechadémie. 3: 261–263. Doi: 10.1353 / mec.0.0059.
  • Kimmich, Matt (2007). "Animer le fantastique: Adaptation de Hayao Miyazaki au Château émouvant de Diana Wynne Jones". Dans Straytner, Leslie; Keller, James R. (éds.). Fantasy Fiction into Film. Jefferson, Caroline du Nord: McFarland & Company.
  • Lioi, Anthony (2010). "La ville monte: Laputa: le château dans le ciel en tant qu'écotopie critique". Études interdisciplinaires sur la bande dessinée. 5 (2).
  • "L'index de Locus aux récompenses de SF: récompenses 2007 de nébuleuse". Lieu. Archivé de l'original le 5 juin 2011. Consulté le 6 décembre 2011.
  • McCarthy, Helen (2009). 500 films d'anime essentiels: Le guide ultime. HarperCollins. ISBN 978-0-06-147450-7.
  • "Metacritic: Les dix premières listes du critique de film 2007". Métacritique. Archivé de l'original le 14 décembre 2007. Consulté le 4 janvier 2008.
  • "Le château mobile de Howl". Métacritique. Récupéré le 18 juillet 2016.
  • Morgenstern, Joel (10 juin 2005). "Marié, avec des obusiers:" M. et Mme Smith "Bataille, Nuance et Humour". Le journal de Wall Street. Récupéré le 18 juillet 2016.
  • "(Howl's Moving Castle) – Foire aux Questions (FAQ)". nausicaa.net. Récupéré le 19 juillet 2016.
  • "Hauru no Ugoku Shiro – Crédits". nausicaa.net. Récupéré le 24 juillet 2016.
  • "Les 78èmes Oscars (2006) Nominés et Gagnants". Oscars.org. Récupéré le 5 septembre 2013.
  • Parsons, Elizabeth (19 octobre 2007). "Animation de grand-mère: les indices d'âge et de représentation dans les films pour enfants contemporains" (PDF). Journal du vieillissement, des sciences humaines et des arts. 1 (3-4): 221-222. doi: 10.1080 / 19325610701638243. hdl: 10536 / DRO / DU: 30007845.
  • Puig, Claudia (9 juin 2005). "'Le château mobile de Howl' enchante". États-Unis aujourd'hui. Récupéré le 2 juin 2013.
  • "Howl's Moving Castle Movie Critiques". Tomates pourries. Fandango. Récupéré le 21 septembre 2019.
  • Rooney, David (8 septembre 2004). "Révision: 'Howl's Moving Castle'". Variety.com. Récupéré le 18 juillet 2016.
  • "Journal de Studio Ghibli". Traduit par Schnell, Philip. Nausicaa.net. Récupéré le 5 septembre 2013.
  • Scott, A.O. (10 juin 2005). "Un adolescent maudit a 90 ans. Que les aventures commencent". Le New York Times. Récupéré le 18 juillet 2016.
  • Scott, A. O. (juillet 2005). "Où sont les choses sauvages: la ménagerie de Miyazaki" (PDF). The Asia-Pacific Journal. 3 (7).
  • Shilling, Mark (17 décembre 2002). "Le nouveau film de Hayao Miyazaki en tête de la sélection de Toho". ScreenDaily. Archivé de l'original le 7 août 2003. Extrait le 5 septembre 2013.
  • Smith, Lindsay (1er avril 2011). "Guerre, Magiciens et Mots: Adaptation Transformative et Significations Transformées dans le Château de Howl Moving". Projector Film and Media Journal. 11 (1).
  • Talbot, Margaret (mars 2006). "L'auteur de l'anime". The Asia-Pacific Journal. 4 (3).
  • Travers, Peter (9 juin 2005). "Le château mobile de Howl". Rolling Stone. Retrieved 18 February 2012.
  • Trout, Jonathan (13 September 2005). "Howl's Moving Castle". BBC. Retrieved 18 July 2016.
  • Wilson, Carl; Wilson, Garrath T. (2015). "Taoism, Shintoism, and the ethics of technology: an ecocritical review of Howl's Moving Castle". Resilience: A Journal of the Environmental Humanities. 2 (3): 189–194. doi:10.5250/resilience.2.3.0189.
  • Zacharek, Stephanie (10 June 2005). "Howl's Moving Castle". Salon. Retrieved 18 July 2016.

External links(edit)

Links to related articles

Nebula Award
for Best Script

  • Soylent Green – Stanley R. Greenberg (1973)
  • Sleeper – Woody Allen (1974)
  • Young Frankenstein – Mel Brooks and Gene Wilder (1975)
  • Star Wars – George Lucas (1977)
  • The Sixth Sense – M. Night Shyamalan (1999)
  • Galaxy Quest – David Howard and Robert Gordon (2000)
  • Crouching Tiger, Hidden Dragon – James Schamus, Kuo Jung Tsai, and Hui-Ling Wang (2001)
  • The Lord of the Rings: The Fellowship of the Ring – Fran Walsh, Philippa Boyens, and Peter Jackson (2002)
  • The Lord of the Rings: The Two Towers – Fran Walsh, Philippa Boyens, Stephen Sinclair, and Peter Jackson (2003)
  • The Lord of the Rings: The Return of the King – Fran Walsh, Philippa Boyens, and Peter Jackson (2004)
  • Serenity – Joss Whedon (2005)
  • Howl's Moving Castle – Hayao Miyazaki, Cindy Davis Hewitt, and Donald H. Hewitt (2006)
  • Pan's Labyrinth – Guillermo del Toro (2007)
  • WALL-E – Andrew Stanton, Jim Reardon, and Pete Docter (2008)

Ray Bradbury Award
for Outstanding
Dramatic Presentation

Posts created 13680

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.